Parti

À propos Coordonnateurs régionaux et provinciaux États financiers

Plateforme

Liberté d'expression Finances publiques Économie Questions autochtones Anciens combattants Identité canadienne Voir plus...

«Ça fait tellement de bien d'appuyer un parti avec des principes clairs, qui les défend ouvertement, avec passion et conviction!»

Achetez une Adhésion Faites un don

Inscrivez-vous à notre infolettre

notre infolettre

Partagez sur les médias sociaux

Communiqué – Maxime Bernier sort de prison mais est forcé d’annuler sa tournée au Manitoba

QG du PPC, Ottawa, 12 juin 2021 – Après avoir passé environ huit heures en prison au détachement de la GRC de St-Pierre-Jolys, le chef du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier, a été libéré tard hier soir à condition de payer une caution en espèces de 1000 $ et de promettre de ne pas enfreindre la loi manitobaine.

« Je savais que je risquais d'être arrêté au Manitoba après la lettre de menace que j'ai reçue du responsable de la santé publique de la province et les déclarations du despote local Brian Pallister. Mais c'est quand même toujours un choc quand ça arrive, quand la police vous traite comme un criminel et vous passe les menottes parce que vous avez osé parler à une dizaine de personnes en plein air dans un petit village une demi-heure plus tôt », a commenté M. Bernier.

« C'est fou de voir cela se produire au Canada », a poursuivi le leader du PPC. « Pendant ce temps, des politiciens de Trudeau à Kenney en passant par divers ministres se font prendre à bafouer les règlements, et rien ne se passe. Ce ne sont que les gens ordinaires qui paient pour ne pas suivre ces règles tyranniques, et les politiciens comme moi qui les combattent ouvertement. L'hypocrisie est stupéfiante. »

À 9h45, heure du Manitoba, ce matin, M. Bernier a pris le premier vol disponible pour retourner à Montréal. Bien qu'il ait été contraint de quitter la province et d'annuler sa « Tournée Mad Max du Manitoba », il promet de poursuivre la lutte pour mettre fin aux confinements injustifiés et désastreux au Manitoba et à travers le pays dans les jours et les semaines à venir. Il devra comparaître devant le tribunal à Winnipeg le 27 juillet. Un refus d'accepter les conditions de mise en liberté sous caution ou toute récidive au Manitoba après sa libération l'aurait potentiellement contraint de rester en prison jusqu'à cette comparution devant le tribunal.

-30-

Contact :

Pour plus de renseignement, svp écrivez à [email protected]tipopulaireducanada.ca.